La cacherouth

Un dossier préparé par K. Acher
Pour une lecture plein écran, ouvrez http://www.kacher.fr dans votre navigateur.
Mise à jour le

Un lait trait par un non juif, un juif ne le voit pas

 

Voici ce que le Rav (Rabbi Menahem Mendel, Tséma'h Tsedek, 1789-1866) a raconté à mon père, le Rav Yé'hiel Michel Epstein (1829-1908).
Lorsque mon grand-père, Rabbi Chnéour Zalman a été libéré de prison à Petersbourg (19 Kislev 5559, 1798) où il avait été emprisonné suite à une dénonciation calomnieuse dans le cadre de la querelle contre les 'Hassidim, il séjourna une quinzaine de jours à Petersbourg. Ainsi lui avait on conseillé, afin de ne pas donner l'impression qu'il cherchait à échapper à une surveillance qui découvrirait des faits nouveaux pouvant causer une nouvelle inculpation. Et de plus, il pourrait se reposer des tensions et soucis que lui avaient causé l'emprisonnement et les interrogatoires.
A cette époque, vivait à Petersbourg un des 'Hassidim de Rabbi Chnéour Zalman, Reb Michaël Lepler. Sa condition et ses fréquentations lui permettaient d'avoir une grande maison, et c'est là que plusieurs chambres et salons furent mis à la disposition du Rabbi, et de son entourage, et des nombreux visiteurs.
Un matin, lors du petit déjeuner, alors que le Rabbi était assis avec de nombreux élèves attentifs à ses paroles, il demanda un thé avec du lait.
Quelques instants plus tard, une carafe de lait était apportée devant le Rabbi. Mais il continua à parler avec ses invités, et dix minutes plus tard manifesta à nouveau son souhait de boire du lait. Bien qu'on lui répondit que le lait était déjà posé sur la table, le Rav continua à s'entretenir avec ses invités, poser des questions, répondre …
Puis il s'interrompit à nouveau. "Pourquoi on ne m'apporte pas du lait?".
Tous les présents furent surpris. N'avait-on pas dit que le lait était déjà sur la table?
Reb Michaël poussa la carafe vers les mains du Rabbi. "Voici Rabbi, le lait est ici!"
Le Rabbi sursauta et s'écria:
"Combien sont justes les paroles de nos Sages, qui disent "un lait trait par un non juif, un juif ne le voit pas", et parce que ce lait a été trait par un non juif sans qu'un juif assiste à la traite, comme il le faut, voici pourquoi je ne l'ai pas vu".
On s'enquit dans la cuisine, et il s'avéra que la traite de ce lait n'avait pas été surveillée par un juif, et tous s'étonnèrent.

Note de l'auteur du livre: Rabbi Chnéour Zalman reprend ici les termes de la Michnah Avoda Zara, 2, 6: "Voici les choses des non juifs interdites à la consommation (…) le lait trait par un non juif alors qu'il n'est pas vu par un juif …", mais retourne la proposition en "un lait trait par un non juif, un juif ne le voit pas", illustrant l'enseignement de nos Sages "Aucun mal ne peut arriver à un Tsaddik".

Traduit de Mekor Barouch,
Rav Baroukh Halévi Epstein,
Chapitre 31, page 1616.

http://www.hebrewbooks.org/48315 , page 458

Un dossier préparé par K. Acher